Skip to navigation – Site map

Présentation de la revue RESET

Internet est devenu un outil incontournable dans le fonctionnement de la plupart des sociétés contemporaines. Un nombre croissant d’aspects de la vie sociale se sont progressivement imprégnés de ces techniques, dans des domaines aussi variés que la communication, le travail, la santé, la culture, les loisirs ou encore les relations amoureuses.

Fidèles à leur mission d’analyse des changements sociaux et de réflexion sur l’époque contemporaine, les sciences sociales ont cherché à se saisir de ce nouvel objet. Le foisonnement intellectuel qui en a résulté, mêlant de nombreux courants de pensée, s’est finalement centré sur de problématiques communes : que change – ou ne change pas – Internet ? Comment ce média modifie-t-il les interactions entre individus et entre groupes ? De quelles façons transforme-t-il l’organisation sociale, des mouvements politiques aux relations familiales, des groupes de patients aux formes de travail à domicile ? Mais l’enjeu se situe également au niveau méthodologique : peut-on conduire des enquêtes qualitatives et quantitatives en ligne ? Si oui, sous quelles conditions et avec quels résultats ?

C’est dans ce contexte que s’inscrit la création de la revue RESET. Recherches en Sciences Sociales sur Internet ; contexte où l’évolution technologique requiert une attention spécifique de la part des chercheurs. Toutefois, notre projet ne se veut pas uniquement thématique. En effet, RESET revendique une posture scientifique singulière. Celle-ci repose sur le constat que de nombreuses études voient dans l’apparition d’Internet un changement social tellement radical qu’il invaliderait bon nombre d’analyses antérieures. Les observations des espaces en ligne et des pratiques de connexion laisseraient entrevoir un « Nouveau Monde », au sein duquel les individus agiraient selon des logiques sociales inédites. RESET s’oppose à cette approche, refusant d’aborder exclusivement Internet en termes d’innovations ex nihilo. Il n’y a aucune raison de penser que les nouveautés suscitées en général par les Techniques de l’Information et de la Communication (TIC) ne relèvent pas, sur le plan de la connaissance du social, d’une prolongation des processus de civilisation ou de désenchantement du monde, d’une reconfiguration des formes instaurées de distinction culturelle, des dispositifs de gouvernementalité ou de performativité du genre, d’une production d’espaces sur lesquels prennent place des rites d’interaction, des stratégies matrimoniales et économiques, des expressions obligatoires des sentiments ; force est de constater que tous ces mécanismes sont apparus bien avant la découverte même de l’électricité. Aussi, si l’on a longtemps considéré Internet comme un « faux » monde social, cru à un Grand Partage opposant le hors-ligne « réel » au en ligne « virtuel », cette revue prend le parti d’une reconnaissance de cet outil comme un dispositif bel et bien matériel de communication, ne devant être ni stigmatisé, ni valorisé.

Un tel parti-pris, afin d’être effectivement réalisé, doit s’accompagner d’un positionnement pratique dans le champ académique. Si Internet n’est pas une réalité « à part », les études sur Internet ne sont pas des études « à part ». La création de RESET ne doit pas être perçue comme une volonté d’introduire un particularisme au sein des sciences sociales. Bien au contraire, nous souhaitons promouvoir l’appropriation transversale de ce média. C’est pourquoi, en plus d’encourager à une revisite de l’héritage légué par l’histoire des sciences sociales, nous privilégierons une organisation thématique des numéros. Chacun sera axé sur des domaines de recherche qui ont structuré les sciences sociales actuelles par les débats qu’ils ont suscités : la stratification sociale, la santé mentale, la famille, l’administration, la critique, etc. En conséquence, les articles auront vocation à contribuer simultanément aux recherches spécialisées sur Internet et à celles, y compris les plus anciennes, qui furent problématisées sans écrans ni souris.

En créant cette revue, nous voulons en définitive proposer une plateforme éditoriale consacrée aux études prenant Internet comme objet et/ou comme méthode, tout en conservant les impératifs de rigueur et d’empirie qui font l’intérêt scientifique et social de nos disciplines, et en se gardant des fantasmes futuristes qui rendent plus exotiques qu’intelligibles les changements majeurs provoqués par Internet dans nos sociétés. D’où le nom de RESET : lorsqu’un ordinateur redémarre, sa configuration se met à jour, mais le système d’exploitation reste le même.

Le comité de rédaction

  • Les cahiers de Revues.org