Navigation – Plan du site

Appel à contribution permanent : rubrique « Actualité des classiques »

Toujours dans l’esprit qui a présidé à sa fondation – à savoir celui de ne céder ni aux discours qui semblent voir une « révolution » à l'apparition de tout nouvel outil, ni à ceux pour qui, en dépit des innovations techniques, rien ne change socialement –, la revue RESET sollicite, pour sa rubrique « Actualité des classiques », des contributions visant à relire ou à actualiser des auteurs, des théories ou des enquêtes ayant marqué les sciences sociales. Toutefois, afin de favoriser au maximum la réflexion et le dialogue entre des objets a priori « nouveaux » et des approches dont ils seraient a priori « déconnectés », le caractère « classique » ou « marquant » des références mobilisées sera évidemment à entendre dans un sens très large. Outre les « pères fondateurs » et autres textes « incontournables » – tels que les présentent certains manuels de nos champs disciplinaires respectifs –, des auteurs contemporains, comme des paradigmes n’ayant fait école que récemment ou par intermittence, pourront être le point de départ des articles scientifiques mis en avant dans cette section. Les chercheurs intéressés sont donc invités à proposer des analyses portant sur des textes, ouvrages, ou même traditions de recherche, dans la mesure où leur importance a été reconnue entre chercheurs (même si cela n’a pas été sans des débats, qui pour certains, ne sont pas encore éteints d’ailleurs), et dès lors que ces travaux paraissent mériter, face à Internet, de nouvelles applications ou appeler ajustements ou révisions.

La rubrique « Actualité des classiques » a ainsi pour vocation d’accueillir des articles tant d’envergure théorique que des propositions plus empiriques. Si l’appui sur les écrits des auteurs discutés est indispensable, les contributions pourront dès lors prendre la forme de revues de littérature confrontant textes de référence et approches plus récentes. De même, les réflexions sur la pertinence actuelle de perspectives théoriques ou de concepts précis seront aussi examinées, pour peu qu’elles se fondent sur des travaux en sciences sociales mobilisant Internet comme outil et/ou comme terrain. La rubrique se veut, par conséquent, un lieu de débat actif autour des notions et des méthodes que la place croissante du numérique dans la vie sociale, l’apparition de certaines technologies et le développement de certains usages obligent à réinterroger. Dans le deuxième numéro de la revue RESET, l’article de Michael Dellwing qui reconsidère les tensions entre sociologie et psychiatrie, dans les termes du sociologue Erving Goffman et à l’aune de la potentielle « addiction à Internet », donnera une bonne idée de ce qui est attendu.

Plus encore, les contributions qui discuteront des textes « classiques » à partir de données originales ou de méthodologies innovantes, toujours en lien avec Internet, seront particulièrement bienvenues. En effet, voir un cadre théorique s’adapter ou se redéfinir à partir d’enquêtes en cours correspond exactement à l’objectif de la revue qui est d’affirmer la continuité – et non l’identité – des objets de recherche et des techniques d’enquête à travers l’histoire longue des sciences sociales. Publié dans notre premier numéro, c’est l’article d’Andreas Schmitz qui discutait la conception du marché matrimonial de Pierre Bourdieu à travers la méthode des appariements dyadiques sur un site de rencontre en ligne, qui pourra fournir un exemple précieux à nos potentiels contributeurs.

Le comité de rédaction recevra donc avec plaisir tout article qui s’inscrira dans l’une de ces perspectives. Les propositions ne devront avoir fait l’objet d’aucune autre publication et la taille des articles devra être comprise entre 40 000 et 60 000 signes (espaces compris, bibliographie non incluse) ; les chercheurs intéressés pourront bien entendu entrer préalablement en contact avec la revue, par exemple sur la base d’un résumé (3 000 signes maximum), afin de s’assurer de la conformité de leur future contribution. La revue accepte les textes rédigés en français comme en anglais, les textes pouvant être envoyés toute l’année à l’adresse électronique : reset@openedition.org. Un accusé de réception sera envoyé en retour aux auteurs.

Les articles seront évalués en double-aveugle dans un délai de deux à trois mois. Les auteurs dont la proposition aura été acceptée seront ensuite invités à fournir une version définitive de leur texte (le cas échéant amendé des révisions requises par les relecteurs) selon un calendrier fixé en accord avec le comité de rédaction : cette procédure d’évaluation, décrite sur le site de la revue, déterminera l’opportunité d’une publication dans l’une des prochaines livraisons de la revue RESET.

  • Les cahiers de Revues.org