Skip to navigation – Site map

Appel à contribution n° 7 : Formes et mouvements politiques à l’ère numérique

Date-limite d’envoi des propositions : 28 FÉVRIER 2017

Numéro coordonné par Célya Gruson-Daniel (UTC- Costech et USPC- Centre Virchow-Villermé) et Clément Mabi (UTC- Costech)

Progressivement, le « numérique » s’impose comme une ressource politique majeure. Mobilisé dans une grande variété de situations, il est devenu à la fois un élément incontournable dans la boîte à outils des acteurs de terrain, un passage obligé sur le plan des discours sur la « transformation » de la démocratie, et plus largement le numérique transforme les médias, les institutions et les organisations classiques des mondes politiques, comme les oppositions et les prises de parole alternatives. Cette omniprésence, quasi naturalisée car rarement discutée, n’est que rarement accompagnée d’une définition rigoureuse de ce qu’est le « numérique » et de ce qu’il permet de faire. Ce phénomène d’imposition est propice à effacer la diversité des projets politiques, sociaux et techniques qu’il recouvre. Constitué d’une série de « boîtes noires », il est bien souvent interrogé à partir des usages qu’il permet, sans qu’une réflexion rigoureuse sur le projet politique qu’il incarne ne soit proposée. C’est l’ambition de ce numéro de la revue RESET qui cherche à questionner la manière dont le « numérique », inséré dans différents contextes, produit de nouvelles formes de mobilisation et d’organisation politiques, ou en stabilise d’anciennes, tout en embarquant avec lui une série de valeurs et de principes qui contribuent en retour à les faire elles-mêmes évoluer.

Dans la littérature académique, de nombreux travaux se sont penchés sur le renouvellement des répertoires d’action collective et ont décrit les nouvelles formes de citoyenneté et d’activisme qu’il entraîne (Downing, 2000 ; Norris, 2001 ; Cardon & Granjon, 2013 ; Mabi & Theviot, 2014b). Ils prennent appui sur les recherches portant sur la « participation politique en ligne » (Monnoyer-Smith & Wojcik, 2014) qui ont progressivement dépassé la dichotomie entre les « cyber-optimistes » (Castells, 2012) et les « cyber-pessimistes » (Morozov, 2011) pour proposer une approche « différenciée », centrée sur le déplacement des modes d’action et des formes d’engagement engendré par l’usage des outils numériques pour « parler politique » (Monnoyer-Smith, 2011 ; Mossberger, Tolbert & McNeal, 2007). Cette perspective, qui insiste sur le lien entre les évolutions des pratiques culturelles et les logiques d’engagement politique, permet d’appréhender le poids de l’environnement sociotechnique dans le déploiement des formes de mobilisation citoyenne. En fonction des outils à leur disposition, les répertoires d’actions des acteurs évoluent et permettent diverses formes d’expression. Ainsi, les principes de « participation », de « collaboration », de « fonctionnement en réseau » ou encore de « commun », considérés comme constitutifs de la « culture numérique » (Jenkins, 2006a, 2006b) viennent influencer la manière dont les citoyens se projettent dans l’espace public et perçoivent leur citoyenneté. Les formes d’engagement autorisées viennent construire un rapport au politique particulier, ancré dans des moyens d’expression auto-organisés, dépassant les représentations traditionnelles (Cardon & Granjon, 2013). Progressivement, cette logique entraînerait un déplacement de la légitimité démocratique depuis le travail des institutions vers le produit des conversations citoyennes et à travers des formes plus ou moins créatives (Monnoyer-Smith, 2011 ; Cardon, 2015). Mais certains travaux suggèrent aussi que la participation en ligne reste inscrite dans des logiques sociales qui n’ont pas grand-chose à voir avec le numérique, telles que la taille des villes par exemple (Parasie & Cointet, 2012).

Analyser l’émergence des « civic tech », des mouvements comme « Nuit Debout », des formes de « hacking citoyen » ou encore la multiplication des tiers lieux paraît donc un point d’entrée fertile pour observer les reconfigurations de notre rapport au politique à l’aune des évolutions de notre environnement sociotechnique. Ainsi ce dossier souhaite s’appuyer sur des cas concrets pour interroger la portée politique et critique de ces formes d’organisation et leur capacité à expérimenter de nouvelles façons de « faire politique ». Dans cette logique, plusieurs questions peuvent être formulées : l’irruption des « multitudes » (Moulier Boutang et al, 2007) dans l’espace public contribue-t-elle à transformer, voir supplanter, l’engagement militant traditionnel, ancré dans des organisations ? Dans quelle mesure ces nouvelles formes d’engagement peuvent-elles être considérées comme de la « participation » et une activité politique ? Comment les concepts « d’auto-organisation », « d’émancipation collective » ou de « pouvoir d’agir » sont-ils mis à l’épreuve ? Aborder de cette manière les relations entre « numérique » et politique invite par ailleurs à considérer à nouveaux frais un certain nombre de questions politiques traditionnelles : dans quelle mesure les marges peuvent-elles peser sur un système sans investir son centre ? Le contrôle des institutions est-il un préalable indispensable à tout projet de transformation sociale ? Quelle est la place et le statut de la conversation en démocratie ?

Les articles composant ce dossier pourront s’inscrire dans ces débats en s’intéressant à la fois aux communautés mobilisées et aux acteurs qui les composent, aux relations avec les institutions qu’elles instaurent ainsi qu’au renouvellement des formes de la critique sociale et de la constitution des problèmes publics qu’elles autorisent. Pour y parvenir, nous souhaitons réunir des travaux issus d’une diversité de disciplines suffisante pour saisir la complexité du sujet (sciences politiques, sciences de l’information et de la communication, sciences de l’éducation, sociologie, anthropologie, histoire, géographie, économie, psychologie, etc.). La thématique même de cet appel pourra en effet intéresser des chercheurs-ses venant des sciences politiques, des sciences de l’information et de la communication, de la sociologie, etc. En plus de croiser les regards disciplinaires, la dimension internationale des recherches (Europe, Afrique, Amérique latine, Amérique du Nord, Asie) est vivement encouragée afin de faire ressortir l’ancrage même du contexte politique, social et culturel de ces formes politiques. Le cadrage que nous proposons invite également à articuler des approches qui cherchent à ouvrir la boîte noire des dispositifs afin d’analyser finement leur fonctionnement et leur conception, mais aussi à comprendre les significations que les acteurs portent à leur propre action pour ainsi saisir l’évolution des formes d’implication citoyenne.

Pistes de recherche

Nous proposons aux participants trois axes de recherche, au titre de pistes de réflexion indicatives de l’orientation du dossier.

L’équipement de la démocratie à l’ère de l’« open », du « hack » et du « tech »

Aujourd’hui, un ensemble d’actions collectives se regroupent sous un vocable propre aux univers numériques open, hack, tech, etc. Il nous semble qu’un travail même de définition (et de traduction) reste encore à accomplir autour de ces formes politiques (open data, open gov, civic tech, civic hacking). Ainsi, parmi ces initiatives les plus visibles, un certain nombre s’inscrivent sous l’étiquette de civic tech (pour civic technology) et proposent de mobiliser le numérique pour améliorer les processus démocratiques et la participation des citoyens (Kreiss, 2015). Dans cette perspective, les technologies numériques sont vues comme des moyens de transformer la démocratie et de faire une place aux citoyens actifs. Les « civic tech » multiplient les discours disruptifs et mettent en avant leur capacité à transformer radicalement la démocratie et la « hacker », c’est-à-dire transformer ses règles en s’appuyant sur les éléments qu’elle contient. Dans la même logique, le champ du civic hacking gagne en visibilité. Il est une illustration de cette culture hack qui cherche à élargir le bénéfice de ces initiatives de détournement au « bien-être » de la Cité et de ses citoyens (notamment des groupes défavorisés), en développant des applications (cartes, etc.) basées sur ces données ouvertes de santé, économiques, etc. à l’instar de ce que réalise l’association Code For America.

Comme ce fut le cas au début des années 2000 pour la participation en ligne (Wojcik, 2011), les discours d’accompagnement, largement positifs, se multiplient et annoncent une refonte de la démocratie représentative grâce à une implication renouvelée des citoyens. Ces derniers profiteraient des outils numériques pour impulser une nouvelle dynamique susceptible de changer les règles du jeu. Des contributions susceptibles de déconstruire ces discours sont attendues. Il s’agira de les réinscrire dans le temps long de l’histoire de la démocratie et de ses formes les plus participatives pour réellement circonscrire leur spécificité et entamer un nécessaire travail de définition pour caractériser l’usage de concepts employés dans des contextes parfois très différents. Il est également attendu d’interroger les effets de ces discours qui mettent bien souvent en avant la « solution technique » aux problèmes de la démocratie. Cet attrait pour la méthode interroge : dans quelle mesure les outils peuvent-ils à eux seuls incarner un processus démocratique ? Dans cette perspective, peut-on considérer la participation citoyenne comme « soluble » dans un processus de communication ? Lorsqu’elle repose sur des procédures outillées numériquement, la démocratie s’en contente-t-elle ou invente-t-elle de nouvelles « institutions » au sens sociologique ?

  • 1 L’expression est ici entendue au sens de Pierre Rosanvallon (2006) qui entend les contre-pouvoirs c (...)
  • 2 Voir sur ce point Blondiaux (2008).

Pour tenter d’éviter les travers d’un enthousiasme trop naïf, il est important de confronter les discours émis avec des enquêtes empiriques. Dans cette perspective, l’une des ambitions du dossier sera donc de donner de la visibilité à des travaux ouvrant la voie à une analyse sociologique fine de ces nouvelles configurations sociales et des trajectoires des acteurs qui les portent. Ainsi, le « changement démocratique » se trouve porté par des « entrepreneurs de causes », des acteurs qui mobilisent le numérique pour amener un renouvellement des formes de l’engagement citoyens. Qui sont-ils ? Quel est leur statut exact ? Quel rapport entretiennent-ils avec le monde marchand d’une part et les pouvoirs publics de l’autre ? Il est également attendu des travaux contribuant à inscrire ces initiatives dans une analyse sociopolitique qui interroge les valeurs qui les sous-tendent : Dans quelle mesure cherchent-elles à se constituer en « contre-pouvoirs »1 susceptibles de modifier l’organisation de la démocratie et les rapports de force qui la structure ? Comment se positionnent-elles par rapport aux objectifs de transformations sociales qui accompagnent l’implication des citoyens en démocratie 2 ?

Les mobilisations à l’ère du faire ensemble et des communs

Des mouvements sociaux et citoyens se sont structurés autour de pratiques collaboratives dans des domaines variés (écologie, biologie, médecine, économie, etc.) et des champs de mobilisations diverses. Issues notamment de la culture du make, du hack et de communautés regroupées autour des logiciels libres et de l’open source (FLOSS) (Bosqué, 2016 ; Broca, 2013 ; Coleman, 2014 ; Himanen, 2001 ; Turner, 2012), ces praxis collectives sont aujourd’hui un moyen pour ces groupes de s’organiser et d’inventer de nouveaux modes de coordination (Mabi & Theviot, 2014a). Le faire ensemble, souvent mis en avant dans cette « culture du collaboratif » semble imprégner la constitution même des identités de ces collectifs et peut se matérialiser également dans des espaces collectifs tels que des tiers-lieux (Antonioli, Bureau & Rouxel, 2016). Ces carrefours de rencontres, d’expérimentations, de formations, mais aussi de productions s’appuient notamment sur les technologies numériques sous des formats divers : autofabrication numérique dans des espaces tels que les FabLabs, les makerspaces ou les hackerspaces (Lhoste & Barbier, 2016), organisation et mobilisation sur les réseaux sociaux pour gagner en visibilité (Peretti et Micheletti, 2011), formation aux usages du numérique pour favoriser leur capacité d’agir (Burret, 2013), etc.

La production de biens matériels, mais aussi de connaissances engendrées par ces pratiques s’accompagne en outre d’une manière de penser le politique (Cazier et al., 2016) qui s’appuie sur la notion de communs, soit « des ressources, gérées collectivement par une communauté selon une forme de gouvernance qu’elle définit elle-même.» (Ostrom, 1990). Internet, en tant que symbole du partage, de la décentralisation a en effet participé au renouveau de ce concept (Coriat, 2015 ; Dardot & Laval, 2014 ; Le Crosnier, 2015). Pensés à la base dans le cadre de biens matériels, les communs désignent également le patrimoine immatériel que nous constituons aujourd’hui (Le Crosnier, 2006).

Par la production d’écrits collaboratifs sur des « wikis », de cartographies participatives avec Open Street Map ou bien encore l’acquisition de données environnementales à l’aide de senseurs au format ouvert, ces communs constituent un vecteur de mobilisation, mais aussi un « horizon de sens » (Peugeot, 2015) et participent ainsi à la réflexion de l’identité pour des groupes constitués autour de ces biens. En posant à nouveaux frais la question de la propriété et de la gouvernance de ces biens partagés s’ouvre une réflexion à la fois à propos des modalités de gestion des communs  (économique, juridique, technique), mais aussi sur l’organisation de ces communautés, qui sont parfois soumises à des contradictions entre le bon fonctionnement communautaire d’une part (mais parfois inégalitaire), et le fonctionnement démocratique d’autre part (Crétois & Guibet Lafaye, 2015).

Les articles attendus dans cet axe devront contribuer à définir les contours de de ce faire ensemble en mettant en perspective à la fois les pratiques et les significations données à ce qui fait commun en contexte numérique (logiciels libres, licences Creative Commons, etc.). Comment ces communs numériques sont-ils définis par les acteurs eux-mêmes ? Dans quelle mesure les frontières public/privé sont-elles recomposées ? Quel type de valeurs véhiculent-ils ? Nous invitons les contributeurs à venir éclairer par des exemples concrets les modes d’actions collectives et les mobilisations mises en œuvre par ces mouvements sociaux et citoyens se structurant autour de cette « culture collaborative ». Il s’agira d’interroger ce que ces nouvelles pratiques entourant ces biens immatériels font à l’expérience du « produire ensemble ». Comment différents collectifs expérimentent-ils aujourd’hui de nouvelles formes de mobilisation en mêlant à la fois des actions et des pratiques collaboratives ? Quelle est la gestion des biens matériels et des connaissances qu’ils produisent collectivement ?

La fabrique de l’opinion et son écologie

Le développement d’internet et du numérique a reformulé les termes de la question de la liberté d’expression et de ses liens avec les formes démocratiques, ce dont Wikileaks est aujourd’hui emblématique (Jurgenson, Rey, 2014). Mais c’est dès son déploiement que la toile a permis l’émergence de formes renouvelées de participation au débat public, grâce à l’ouverture d’espaces de discussion (Flichy, 2001). Ainsi l’usage de pseudonymes et son anonymat relatif a pu être pointé aussi bien comme un rapprochement avec les experts, désormais plus accessibles (Auray, 2007), que comme une dérégulation du discours, une déresponsabilisation de la parole en place publique – dont le « troll », cette nouvelle figure de provocateur propre aux réseaux numériques, serait un symptôme (Casilli, 2010). Ces formes précoces de participation anonymes ont pu par ailleurs inspirer des mouvements comme celui des Anonymous, qui propose d’utiliser internet et le numérique comme un moyen nouveau de traque des abus de pouvoir, en opposant l’anonymat des multitudes à l’impersonnalité des appareils d’Etat (Coleman, 2016).

Plus largement, le numérique a amené une mise en visibilité de la diversité sociale des formes de rapport au politique. L’apprentissage politique peut être étudié en repérant l’acquisition d’une « compétence politique », définie comme la capacité à reconnaître et nommer les personnalités politiques et à articuler des arguments politiques dans des discours structurés (Blondiaux, 2007). Mais le risque est alors d’exclure par cette définition légitimiste d’autres engagements politiques aux expressions plus émotionnelles, plus fréquentes dans les catégories populaires (Monnoyer-Smith, 2011). La question se pose de façon d’autant plus aigüe que le numérique facilite le recours aux images, et lie ainsi intimement expérience langagière et expérience sensible. Les pratiques de Youtube viennent à l’esprit, mais d’autres espaces moins policés sont également concernés, tels que 4chan.

A la circulation des discours, il faut donc ajouter la circulation d’autres témoignages, d’autres expériences, qui en appellent moins à la raison qu’au fait de se sentir concerné – logique d’ailleurs mise au service selon les cas aussi bien de mouvements progressistes que réactionnaires. Et, comme en réponse aux débats sur la dépolitisation, on peut repérer au sein des mouvements politiques contemporains une telle attention aux attachements en-deçà des engagements, à travers par exemple le soin que les mouvements de place mettent à ménager la possibilité de venir pour voir et de se découvrir concerné. Le numérique favoriserait ainsi la formation de solidarités et de publics à partir de l’expérience même du trouble que fait naître une situation problématique (Boltanski, 2009 ; Céfäi & Terzi, 2014).

Ainsi, comme la ville à la fin du XIXème siècle (Joseph, 2001), internet et le numérique à partir de la fin du XXème siècle transforment la géographie des conversations, posant en termes renouvelés la question de la fabrique de l’opinion (Parasie & Cointet, 2012). Les conversations laissent ici, de plus, des traces remettant au goût du jour pour de nombreux acteurs économiques et politiques mais aussi pour beaucoup de chercheurs en sciences sociales, la proposition de Gabriel Tarde d’une « science des conversations comparées » (Tarde, 2002). L’étude de la diffusion des opinions prend ainsi une nouvelle dimension, la démocratisation du numérique et l’essor conjoint des dits média sociaux (Cardon, 2010) semblant apporter une piste de réponse nouvelle à l’ambition ancienne de saisir « ce que pensent les gens » (Kotras, 2015). Néanmoins certains observateurs ont fait assez tôt le constat que les formats d’expression proposés par le médium favorisent certains types de messages. De plus, l’ouverture d’internet à la pluralité des discours est contrebalancée par deux tendances récentes. D’une part, l’évolution algorithmique des outils de recherche et d’accès à l’information tend à orienter les internautes vers ce qu’ils aiment et connaissent déjà ; d’autre part, les réseaux sociaux organisent la circulation de l’information au sein d’espaces de cooptation ; les uns et les autres reconstituent ainsi au sein de la fabrique de l’opinion des espaces homogènes en termes d’appartenances, de valeurs et d’affiliations, qui ont pu être décrites comme des « bulles » dont la pluralité est chassée (Cardon, 2015).

Ces tendances opposées soulignent l’enjeu aujourd’hui de l’étude empirique de « l’écologie de l’information » (Anderson, 2013). C’est souvent en limitant arbitrairement la focale à internet que son « influence » a été pointée dans le discours public, du « printemps arabe » à l’élection récente de Donald Trump. Or les rôles respectifs des médias traditionnels et des conversations ne sont pas déterminables a priori, pas plus que l’identification des relais d’opinion ou encore la détermination du rôle des réseaux sociaux (Chateauraynaud, 2014). Ainsi, les processus de formation de l’opinion dans cette écologie de l’information nouvelle dont participent internet et le numérique restent également largement à éclaircir : au niveau individuel, le numérique est une ressource pour les apprentissages politiques ; au niveau collectif, internet est un support à la formation des publics et au déploiement des mouvements d’opinion.

Informations pratiques

Les résumés des articles (3 000 signes maximum) sont attendus pour le 28 février 2017. Ils sont à envoyer à l’adresse suivante : reset@openedition.org

La proposition, rédigée en anglais ou en français, mentionnera la question de recherche, la méthodologie utilisée, et le cadre théorique employé. Elle insistera sur l'intérêt scientifique de l'article proposé au regard de la littérature existante et de l'appel à communication, et pourra être accompagnée d'une courte bibliographie. L'attention des auteurs est attirée sur la rubrique actualités des classiques, revisitant des auteurs et des théories classiques des sciences sociales au prisme d’Internet.

Les résumés seront évalués anonymement par les coordinateurs du numéro et les membres du comité de rédaction de la revue. Les auteurs sélectionnés à ce stade devront envoyer leur article sous format électronique avant le 10 juin 2017.

La revue RESET est également ouverte, dans sa rubrique Varia, à tous les travaux, relevant des sciences humaines et sociales, et portant sur Internet comme objet ou méthode de recherche.

Calendrier

Date limite pour les propositions d’articles (résumé de 3 000 signes maximum, espaces compris et bibliographie exclue) : 28 février 2017.

Réponse aux auteurs : 15 mars 2017.

Date limite de remise des articles (40 000 à 60 000 signes, espaces compris et bibliographie exclue) : 10 juin 2017.

Contacts

Le comité de rédaction : reset@openedition.org

Les coordinateurs :

Clément Mabi clement.mabi@utc.fr

Célya Gruson-Daniel celya.gruson-daniel@parisdescartes.fr

Bibliography

Anderson C. W., 2013, Rebuilding the News: Metropolitan Journalism in the Digital Age, Philadelphia, Temple University Press.

Antonioli M., Bureau M.-C., Rouxel S., 2016, « Tiers-lieux, communautés à l’œuvre », Chimères, 87, pp. 129‑137.

Auray N., 2007, « Le modèle souverainiste des communautés en ligne : impératif participatif et désacralisation du vote », Hermès, La Revue, 47, pp. 135-144.

Blondiaux L., 2007, « Faut-il se débarrasser de la notion de compétence politique? Retour critique sur un concept classique de la science politique », Revue française de science politique, 57 (6), pp. 759-774.

Blondiaux L., 2008, Le nouvel esprit de la démocratie, Paris, Seuil.

Boltanski L., 2009, De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard.

Bosqué C., 2016, La fabrication numérique personnelle, pratiques et discours d’un design diffus : enquête au cœur des FabLabs, hackerspaces et makerspaces de 2012 à 2015, thèse de doctorat, Université Rennes 2.

Broca S., 2013, Utopie du logiciel libre, Neuvy-en-Champagne, Le Passager Clandestin.

Burret A., 2013, « Démocratiser les tiers-lieux », Multitudes, 52, pp. 89‑97.

Cardon D., 2010, La démocratie Internet. Promesses et limites. Paris, Seuil.

Cardon D., 2015, A quoi rêvent les algorithmes: Nos vies à l’heure des big data, Paris, Seuil.

Cardon D., Granjon F., 2013, Médiactivistes, Paris, Presses de SciencesPo.

Casilli A., 2010, Les liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ?, Paris, Seuil.

Castells M., 2012, Networks of outrage and hope: social movements in the Internet Age, Cambridge, Polity Press.

Cazier J.-P., Domic Z., Gabarron-Garcia F., Jabre E., Schaepelynck V., Vollaire C., 2016, « Politiques de la communauté », Chimères, 87, pp. 7‑9.

Cefaï D., Terzi C. (dir.), 2014, « L’expérience des problèmes publics », Quaderni, 85, pp. 109-112.

Chateauraynaud F., 2014, « Trajectoires argumentatives et constellations discursives. Exploration socio-informatique des futurs vus depuis le nanomonde », Réseaux, 188, pp. 121-158.

Coleman G., 2014, « Hacker », The Johns Hopkins Encyclopedia of Digital Textuality, Baltimore, John Hopkins University Press.

Coleman G., 2016, Anonymous: espions, hackers, lanceurs d'alertes, Montréal, LUX Éditeur.

Coriat B., 2015, Le retour des communs : la crise de l’idéologie propriétaire, Paris, Les liens qui libèrent.

Crétois P., Guibet Lafaye C., 2015, « Réflexions politiques et éthiques contre la possibilité d’une autonomisation radicale des communs », Éthique publique. Revue internationale d’éthique sociétale et gouvernementale, 17 (2) [en ligne] mis en ligne 18/04/2016, consulté 04/01/2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/2225

Dardot P., Laval C., 2014, Commun: essai sur la révolution au XXIe siècle, Paris, La Découverte.

Downing J.D., 2000, Radical Media: Rebellious Communication and Social Movements: Rebellious Communication and Social Movements, Thousand Oaks, Sage Publications.

Flichy P., 2001, L’imaginaire d'internet, Paris, La Découverte.

Himanen P., 2001, L’éthique hacker et l’esprit de l’ère de l’information, Paris, Exils.

Jenkins H., 2006a, « Collaboration, participation and the media », New Media & Society, 8, pp. 691–698.

Jenkins H., 2006b, Convergence culture: Where old and new media collide, New-York, NYU press.

Joseph I., 2001, « Tarde avec Park », Multitudes, 4 (7), pp. 212-220.

Jurgenson N., Rey P.J., 2014, « Fuites d'information liquide. Sur la stratégie politique de Julian Assange », article traduit de l’anglais (états-unien) par Auray Nicolas, Mouvements, 79, pp. 63-73.

Kotras B., 2015, « L’opinion autorisée. Requalification communautaire de l’espace social et technique d’échantillonnage sur le web », Revue d'Anthropologie des Connaissances, 9 (3), pp. 311-329.

Kreiss D., 2015, « The Problem of Citizens: E-Democracy for Actually Existing Democracy », Social Media + Society, 1 (2), pp. 1-11.

Le Crosnier H., 2006, « Économie de l’immatériel : abondance, exclusion et biens communs », Hermès, La Revue, 45 (2), pp. 51‑59.

Le Crosnier H., 2015, En communs. Une introduction aux communs de la connaissance, Caen, C&F Éditions.

Lhoste É., Barbier M., 2016, « FabLabs », Revue d’anthropologie des connaissances, 10 (1), pp. 43‑69.

Mabi C., Theviot A., 2014a, « La rénovation par le web? Dispositifs numériques et évolution du militantisme au PS », Participations, 1, pp. 97–126.

Mabi C., Theviot A., 2014b, « Présentation du dossier », Politiques de communication, 3, pp. 5‑24.

Monnoyer-Smith L., 2011, Communication et délibération enjeux technologiques et mutations citoyennes, Paris, Lavoisier.

Monnoyer-Smith L., Wojcik S., 2014, « La participation politique en ligne, vers un renouvellement des problématiques? », Participations, 1, pp. 5–29.

MOULIER BOUTANG Y. (dir), Politique des Multitudes. Démocratie, intelligence collective et puissance de la vie à l'heure du capitalisme cognitif, Paris, Éditions Amsterdam.

Morozov E., 2011, The net delusion: the dark side of internet freedom, New York, NY, Public Affairs.

Mossberger K., Tolbert C.J., McNeal R.S., 2007, Digital citizenship: The Internet, society, and participation, Cambridge, MIT Press.

Norris P., 2001, Digital Divide? Civic Engagement, Information Poverty and the Internet Worldwide, Cambridge, Cambridge University Press.

Ostrom E., 1990, Governing the commons: The evolution of institutions for collective action, Cambridge, Cambridge university press.

Parasie S., Cointet J.-P., 2012, « La presse en ligne au service de la démocratie locale. Une analyse morphologique de forums politiques », Revue française de science politique, 62 (1), pp. 45-70.

Peretti J., Micheletti M., 2011, « The Nike sweatshop email: Political consumerism, internet, and culture jamming », in M. Micheletti, A. Follesdal & D. Stolle (dir.) Politics, Products, and Markets. Exploring Political Consumerism Past and Present. New Brunswick, Transaction Publishers, pp. 127–142.

Peugeot V., 2015, « Présentation », Éthique publique. Revue internationale d’éthique sociétale et gouvernementale, 17 (2) [en ligne], mis en ligne 29/04/2016, consulté 04/01/2017, URL : http://ethiquepublique.revues.org/2357

ROSANVALLON P., 2006, La contre-démocratie, la politique à l’âge de la défiance, Paris, Seuil.

Tarde G., 2002, Œuvres de Gabriel Tarde, volume IV, première série : Les Lois sociales, Paris, Institut Synthélabo.

Turner F., 2012, Aux sources de l’utopie numérique : De la contre-culture à la cyberculture, Stewart Brand, un homme d’influence, Caen, C&F Édition.

Wojcik S., 2011, « Participer... et après? », Politique européenne, 2, pp. 135-166.

Top of page

Notes

1 L’expression est ici entendue au sens de Pierre Rosanvallon (2006) qui entend les contre-pouvoirs comme l’ensemble des dispositifs susceptibles de limiter l’érosion de la confiance des citoyens dans le fonctionnement des institutions.

2 Voir sur ce point Blondiaux (2008).

Top of page
  • Les cahiers de Revues.org